Perte de poids : objectif ou déclic ?


Bien-être, Mode de vie / jeudi, mai 17th, 2018

Cette perte de poids, elle a changé ma vie. Hélas, je n’ai pas la recette miracle à vous donner. Pour autant, je souhaite vous raconter mon expérience pour vous dire à toutes et tous que OUI, c’est possible ! Je vais vous décrire les différentes étapes que j’ai pu suivre pour en arriver là, pourquoi j’ai voulu perdre du poids et changer de mode de vie. Mais avant cela, il y a quelque chose d’important à savoir et à accepter SURTOUT  : On en est tous capables, mais il faut se donner les moyens. Et oui, comme on le dit si bien : on a rien sans rien. Alors voici, les changements que j’ai opéré dans mon quotidien.

Les étapes de mon changement

1/ La prise de conscience

Avant de se lancer dans un processus de changement, il faut déjà avoir conscience de la situation et avoir une réelle volonté de changer. Pour ma part, le déclic fut lent et progressif. En fait, c’était surtout une accumulation de petites choses qui ont fait que je me suis dit que cela ne pouvait plus continuer : voir 74kg sur la balance, ne plus se trouver jolie en essayant des vêtements et s’habiller « avec ce que je trouve », camoufler ses rondeurs à chaque instant, souffrir du dos à ne pas en dormir la nuit, etc. Avec du recul, je me suis également rendue compte que ce mal-être physique s’accompagnait d’un mal-être moral : pas d’épanouissement dans mon quotidien ni dans mes loisirs. Je me mettais constamment des barrières. Et un jour, je me suis dit qu’il fallait peut-être changer. Alors, je me suis donné l’objectif de faire moins de 60kg.

 

2/ Se mettre au sport (Février 2014)

Bien sûr, la première étape pour moi était de trouver une activité physique qui me plaisait. De temps en temps, j’allais faire quelques longueurs à la piscine, rien de régulier ni de performant. Un jour, ma sœur m’a proposé de m’inscrire avec elle à une salle de sport. Moi aller à une salle de sport ? Pas très sportive ou du moins plus très sportive (Bah oui, j’ai quand même gagné un cross en CM2, ça compte ? haha). Je me suis dit pourquoi pas, je n’avais pas de loisirs à l’époque. Je n’étais pas non plus convaincue à 100%. C’est vrai, pourquoi faire du sport ?

Je me suis donc inscrite chez Elancia en février 2014 et depuis je n’ai jamais arrêté. Au fur et à mesure, j’ai pris goût à la salle de sport. Le suivi des coach, le fonctionnement par séance a fait que j’ai réussi à tenir un rythme de 2 à 3  séances par semaine. A cet instant, je reviens sur ce que j’ai dit plus haut : il faut se donner les moyens. Car oui, s’inscrire à la salle c’est bien. Mais s’en tenir à un rythme c’est autre chose et on peut rapidement se décourager. Surtout quand on ne voit pas de réels changements. Il faut donc que la prise de conscience ait eu lieu. L’objectif fixé doit s’accompagner d’un déclic. Progressivement, j’ai vu les effets de mes séances. Et puis j’ai rencontré mon chéri, une personne dynamique, sportive qui m’a donné envie de me surpasser.

3/ Changer son alimentation (Février 2016)

Le mode d’alimentation va de pair avec la pratique sportive. Là, ça va être la bonne nouvelle de cette article : je n’ai pas fait de régime. Je trouve que les régimes sont uniquement des outils marketing pour faire croire qu’on va miraculeusement perdre 20kg en six mois (S’il y avait des aliments miracles ça se saurait non ?!). Alors peut-être que certains régimes marchent, mais le corps lui ne se tonifie pas, ne se muscle pas et le moindre écart, c’est fatal. Mon alimentation n’était pas mauvaise mais n’était pas du tout équilibrée. Je mangeais ce qui me plaisait et en grande quantité. Alors, progressivement, j’ai abandonné certains aliments pour en apprécier d’autres ou les remplacer par d’autres. Au début, je faisais attention mais sans plus. Il fallait surtout que je m’inculque de nouvelles habitudes alimentaires :

    • Privilégier des aliments sains
    • Eviter les aliments gras : fromages, beurre, crème fraîche
    • Eviter les plats préparés et faire l’effort de cuisiner
    • Supprimer les fast-food (ça va, j’y allais peu) et réduire les restaurants (j’y allais trop souvent)
    • Arrêter de manger en grande quantité

Progressivement, le changement s’est opéré sans que je sois obligée de me faire violence. J’appréciais me préparer mes petits plats, je prenais plaisir à manger des fruits plutôt que des gâteaux industriels au goûter, chercher des aliments sains pour remplacer le gras (ex : remplacer la crème fraîche par le fromage blanc). C’est réellement en février 2016, soit deux ans après mon inscription en salle que j’ai commencé à faire attention. Peut-être que j’aurai pu m’y prendre plus tôt et gagner du temps sur ma transformation mais qu’importe, le principal est d’aller à son rythme. C’est surtout à ce moment que j’ai découvert l’alimentation dite « healthy » et les nombreuses possibilités qu’il y avait pour se faire plaisir sans engranger les calories. Cela ne m’empêche pas de manger du fromage de temps en temps, craquer pour du nutella au petit-dej’, déguster une bonne pâtisserie : je vous rassure je suis humaine.

4/ Être heureuse/heureux

Cela peut paraître banal mais oui, être heureux/heureuse contribue à la perte de poids. Le bien-être moral influe sur le bien-être physique. Durant ma période de changement , j’ai arrêté de me mettre des barrières, je suis sortie de ma zone de confort, j’ai décidé de vivre et de voir les choses positivement. J’ai rencontré l’amour, j’ai changé de ville, j’ai rebondi professionnellement. Bref, plus aucune limites.

Conclusion

Avoir un objectif est indispensable, pour moi c’était moins de 60 kg. Mais il doit impérativement s’accompagner d’un déclic, d’une prise de conscience. Ma transformation a réellement commencé en septembre 2014. J’ai atteint mon objectif des 10kg en juin 2015 et des 20kg en septembre 2017. Cela s’est fait progressivement en trois ans avec une première étape sportive (2014-2016) et une étape alimentation healthy (2016-aujourd’hui). Cela peut paraître long pour certains mais aujourd’hui mon poids est stable. Bien sûr il y a eu des difficultés (manque de motivation, changer d’alimentation, etc) mais je n’ai jamais repris un gramme et mes performances sportives s’améliorent de jour en jour. Aucune privation tout en étant raisonnable. Mon corps s’est progressivement habitué à ce nouveau mode de vie. Contrairement à un régime où un écart peut être fatal, là l’écart n’est pas possible. Et surtout, j’ai décidé d’être heureuse. Et oui, la vie est belle quand on a décidé qu’elle le soit ! Alors, c’est peut-être ça la recette de la perte de poids ?!

Une réponse à « Perte de poids : objectif ou déclic ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *